Accueil > Actualités > Magazine les nouvelles > Tous les articles > Article des nouvelles

Article des Nouvelles

· HOMMES

Annie Léveillault Le monde en miniature

Annie Léveillault est passée de la vente d’instruments de musique à Tours à l’artisanat d’art à Pont-Scorff. Depuis plus de 20 ans, elle fabrique des scènes miniatures dans son atelier où elle s’immerge toute la journée.

« J’aime le sourire des visiteurs et l’émotion que leur procurent mes scènes miniatures. »

Des livres posés de guingois sur une bibliothèque, un homme jouant au flipper dans un bar des années 1980, un bistrot de pêcheurs, une échoppe de boucher façon Delicatessen… Annie Léveillault sait créer des ambiances et provoquer une émotion.

Cette émotion, elle naît de ces petites boîtes où sont enserrées les scènes miniatures qu’elle fabrique au 1/12e, l’échelle des maisons de poupées. Personnages, meubles et accessoires sont en bois, carton, papier, résine, puis peints dans une extrême précision. Tout est réalisé avec finesse et minutie.

« Je suis originaire de Tours, ville qui n’a pas été détruite pendant la guerre, confie cette femme discrète et sensible. J’ai toujours été fan des anciennes boutiques et de livres. La devanture de la librairie tourangelle Tridon m’a longtemps fascinée. » Pendant 25 ans, Annie est commerçante dans un magasin d’instruments de musique.

« Un jour, je me suis inscrite aux cours du soir des Beaux-Arts, puis à des cours d’encadrement. Pour Noël, je me suis lancée dans la fabrication de deux miniatures en boîte pour mes filles. Je me suis rendue compte que la réalisation de scènes miniatures rejoignait ma passion de la photographie, capter un moment de vie, une atmosphère… »

 

Ses premières créations font office de révélateur. Annie devient artiste miniaturiste, en 1992.

Son installation à Pont-Scorff s’est faite naturellement, six ans plus tard

« J’avais un point de vente à Morlaix dans le Finistère et je passais mes étés à Plouguerneau d’où ma mère est originaire. J’ai eu l’opportunité de louer une habitation/atelier à Pont- Scorff. Je pensais y rester un an, un an et demi. Mais 20 ans plus tard, m’y voilà toujours ! »

La citadine qu’elle fut apprécie autant le cadre de vie que de travail à Pont-Scorff. Elle sait aussi s’oxygéner. « J’aime les criques du Finistère sud, me baigner à la plage du Loch de Guidel ou de Kerpape à Ploemeur, et marcher ou faire du vélo sur la côte. » À l’automne, elle a son coin de champignons dans la campagne d’Inzinzac-Lochrist. Elle pratique aussi le yoga, va au cinéma et s’échappe souvent en train vers Paris pour divers salons et expositions.

Si Annie a longtemps déposé des créations dans des boutiques d’artistes miniaturistes, elle vend aujourd’hui essentiellement dans des salons d’art et d’artisanat d’art et à son atelier. « J’aime le sourire des visiteurs et l’émotion que leur procurent mes scènes miniatures. »

Certains clients lui passent des commandes précises. Il y a quatre ans, elle s’est lancée dans des créations monochromes contemporaines, tout en continuant de créer les scènes miniatures traditionnelles.

« J’ai gardé un souvenir fabuleux d’une visite chez quelqu’un qui avait dans son salon une immense bibliothèque prenant tout le mur avec une échelle pour accéder aux livres les plus haut perchés. Dans ma première création contemporaine de bibliothèque, il y avait un livre rouge qui s’échappait du haut d’une bibliothèque pour s’envoler, comme un voyage pour aller retrouver un lecteur. »

 

1952 : Naissance à Tours (Indreet- Loire)

1988 : Cours du soir aux Beaux- Arts de Tours

1993 : Découverte du boîtage et naissance d’une passion

1998 : Arrivée en Bretagne à Pont-Scorff, 15 rue Terrien

1998 : Premier prix du public au salon des Métiers d’Art de Lorient

2013 : Approche plus contemporaine du mode d’expression, naissance des monochromes

 

> Retour aux articles

Partagez sur les réseaux sociaux :

    

VOS SERVICES