Accueil > Actualités > E brezhoneg > Keleier

Keleier

Dernière mise à jour : 22/06/2017

· BREZHONEG

Tara a ra un ehan e Japan

Gober a ra ar oueletenn un ehan en enezeg e-pad ur miz àr-lerc’h 30 000 km merdeiñ adal an Oriant.

Un  arsav  a  bouez  eo  en droiad Tara Pacific  2016-2018,  a  zo  he  fal studiiñ ar c’houral en Azia hag er Meurvor Habask : d’an 28 a  viz  Mae  2016  e  oa  aet  ar  vag-ergerzhet  c’hall Tara kuit ag an Oriant hag edan berr en  em  gavo  e  Japan,  e Fukuoka. Eno e ray he  ehan  kentañ  en  enezeg adal an 18 a viz C’hwevrer. A-c’houdese e chomo asav eizh gwezh, en Onomichi, Kobe, Nagoya, Yokohama  ha  Tokyo,  da  skouer.

Betek-henn eh eus bet graet 30 000 km gant Tara, ar vag studioù skiantel  a Frañs, diàr ar 100 000 emañ sañset gober da-geñver he 11vet troiad.  Gant Tara Pacific e vez studiet ar c’herreg-koural evel nend eus ket graet  biskoazh. E-pad ar seizh miz diwezhañ ma oa bet ar oueletenn é vonet  ag an eil penn d’egile d’ar meurvor brasañ a zo er bed, he deus sellet pizh  doc’h al lodenn vrasañ ag ar c’herreg-se ha tennet traoù diàrne. Na bout  nend eo ket echu an traoù e c’heller gwelet dija emañ bet gwallaozet kalz  ar c’herreg gant an hin é tommiñ.

Ne gaver koural nemet àr 0,2% a c’horre ar morioù. Met pouezus-bras eo  ar c’herreg-koural evit buhez ar morioù : en-dro dezhe e kaver tost d’un drederenn ag ar spesadoù mor. Lakaet int en arvar gant ar cheñchamantoù hin hag endro, ha pouezus-bras eo o yec’hed evit mab-den hag a vev kalz  diàr danvezioù ar mor.

Ar pezh zo, ul lodenn gaer ag ar c’houral zo krog  da vonet da get a-c’houde un toullad blezadoù. Nend eus ket pell zo eh  eus bet diskouezet gant un enklask a-berzh ar gouarnamant japanat e oa marvet 70,1% ag ar garreg-koural vrasañ a Vro-Japan a-gaoz m’emañ re uhel temperadur ar mor. Àr an hent da Japan e oa chomet an Tara a-sav en inizi Kiribati a zo en  norzh da Aostralia. Bep ma veze anavet gwelloc’h ar baradoez kollet-se gant skiantourion Tara e veze piket kalon lod anezhe. A-benn 50 vlez ne vo ket ag an enezenn-se, ag ar gumuniezh-se, ag ar familh-se ken. Martin Desma-lades, skiantour e bourzh, a gomz deomp berr-ha-berr ag ar santimant-se :
"Kaer zo gouiet ar pezh a lâr ar skiantourion, pa vezer eno e-mesk tud ar vro é sellet doc’h o buhez, e vez poan é krediñ er pezh a zegouezho. Esperiñ a reer evit gwir e vo kavet un diskoulm gante." 


Tara fait escale au Japon

La goélette scientifique effectue un stop d’un mois dans l’archipel après 30 000 kilomètres de navigation depuis Lorient.

Etape clé de l’expédition Tara Pacific 2016-2018, dédiée à l’étude du corail dans l’ensemble de l’Asie et de l’océan Pacifique, le voilier d’exploration français Tara, qui avait quitté le port de Lorient le 28 mai 2016, arrivera prochainement au Japon, à Fukuoka. Il y fera à partir du 18 février sa première escale dans l’archipel. Huit autres escales sont prévues par la suite, notamment à Onomichi, Kobe, Nagoya, Yokohama et Tokyo.

Tara a pour l’heure parcouru près de 30 000 kilomètres sur les 100 000 kilomètres prévus au cours de cette 11e expédition du voilier d’étude scientifique français. Tara Pacific est une étude inédite des récifs coralliens. Durant les sept derniers mois passés à sillonner le plus vaste océan de la planète, la goélette a observé et effectué des prélèvements dans une grande partie de ces récifs. Bien qu’ils ne soient pas encore exhaustifs, les premiers constats font état de récifs très endommagés par le réchauffement climatique.

Le corail ne représente que 0,2 % de la surface des océans. Mais le rôle des récifs de corail est essentiel à la vie de l’océan : ils réunissent près d’un tiers des espèces marines. Menacée par les changements climatiques et environnementaux, leur santé est également cruciale pour l’humanité qui dépend des ressources marines. Or, une grande partie des récifs tend à disparaître ces dernières années. Récemment, une enquête du gouvernement japonais a montré que 70,1 % du plus grand récif corallien du Japon est mort à cause de températures de la mer trop élevées.Sur son trajet vers le Tara a fait escale aux îles Kiribati, situées au nord-est de l’Australie. À mesure que les scientifiques de Tara se sont imprégnés de ce paradis perdu, certains ont senti leur gorge se serrer. Cette île, cette communauté et cette famille ne seront plus ici dans 50 ans. Scientifique embarqué, Martin Desmalades, résume ce sentiment : « Vous avez beau savoir ce qu’en dit la science, lorsque vous êtes sur place au milieu des locaux et que vous observez leur vie, vous éprouvez un senti-ment d’incrédulité. Vous espérez vraiment qu’ils pourront trouver une solution. »


Glossaire : Geriaoueg

  • Adaptation : Azasadur
  • Archipel : Enezeg
  • Associations : Kevredigezhioù
  • Biologie : Bevoniezh
  • Changement climatique : Cheñchamant hin
  • Corail : Koural
  • Ecoles : Skolioù
  • Ecologie : Ekologiezh
  • Ecosystème : Ekoreizhiad
  • Environnement : Endro
  • Expédition : Troiad
  • Fondation : Diazezadur
  • Goélette : Goueletenn
  • Impact : Efed
  • Laboratoire : Arnodva
  • Océans : Meurvorioù
  • Pêche : Pesketaerezh
  • Pédagogie : Pedagogiezh
  • Peuples : Pobloù
  • Plastiques : Plastik
  • Planète : Planedenn
  • Programme : Programm
  • Pollution : Saotradur
  • Réchauffement : Tommadur
  • Recherche : Enklask
  • Ressources : Danvezioù
  • Santé : Yec’hed
  • Science : Skiant
  • Sensibilisation : Kizidikaat
  • Tourisme : Touristerezh

 

Chronique réalisée avec le concours de l'Office public de la langue bretonne.

Article extrait des Nouvelles n°33

 

 

> Retour aux articles

Partagez sur les réseaux sociaux :

    

Autres articles

VOS SERVICES